Charity Shops

Mis à jour : 23 sept. 2019

Bonjour à tous, comme vous le savez, l'Angleterre recèle de bons plans et d'institutions qui lui sont propres. Acheter solidaire et malin c'est possible, comme en France, mais c'est ici beaucoup plus organisé... Aujourd'hui, c'est Diane, de l'agence immobilière French Touch, qui nous parle de son coup de coeur et qui vous emmène faire un petit tour dans les rues de Londres 


Bonjour Diane, tu viens de rentrer en France après quelques années passées à Londres, quelles sont les choses typiquement anglaises qui te manquent le plus?

Bonjour Anne-Caroline, c'est vrai que nos modes de vie parisien et londonien n'ont rien à voir. Je suis heureuse de retrouver ma vie parisienne mais je regrette l'ambiance décontractée et joviales des pubs du dimanche, et surtout les longues promenades à flâner sous le soleil,  au fil de belles trouvailles faites dans les Charity shops.


Qu’est ce qu'une charity shop ?


Ce sont des magasins tenus par des associations caritives qui ont pour but de lever des fonds au profit de leur cause.

Le premier charity shop, fondé par la Wolverhampton Society, a ouvert ses portes en 1899, en commercialisant des objets fabriqués par des aveugles dans le but de collecter de l’argent pour soutenir les porteurs de ce handicap.

Selon les magasins, on y trouve des vêtements, des articles de puéricultures, des livres ou des objets de décoration. Il existe même des magasins spécialisés dans l’ameublement, l’électroménager ou les tenues de mariée !

Certaines boutiques comme celles de la British Heart Foundation ou la Croix Rouge, proposent des objets neufs : des porte-clés, des cartes par exemple. D’autres comme Oxfam vendent des produits artisanaux fairtrade. Mais la plupart du temps, les articles sont des objets de seconde main, issus de dons.

Le responsable du magasin est en général salarié, les vendeurs sont bénévoles.

Les objets récupérés sont vérifiés, ils doivent être propres et en état de fonctionnement, sinon ils sont envoyés dans un autre réseau de recyclage. Après estimation, ils sont revendus au grand public

Le charity shop, c’est le parfait endroit pour dénicher des objets anciens d’occasion, tout en faisant une bonne action.


Pourquoi acheter en charity shop ?


D’abord, on fait une bonne action en soutenant une œuvre de bienfaisance. Mais la démarche est aussi écologique. Tous les produits réutilisés ne sont pas détruits. La plupart mérite largement une deuxième voire une troisième vie. C’est l’illustration de l’économie circulaire et de la lutte contre la surconsommation. Selon une récente étude anglaise, le secteur des charity shops a permis, grâce au recyclage et au réemploi, de réduire l’empreinte carbone annuelle de 6,9 millions de tonnes.


Quelles sont les causes financées par les charity shops?


Les causes sont diverses : la recherche médicale, l’aide humanitaire à l’étranger, les causes environnementales, le soutien aux enfants malade ou défavorisés, l’aide aux sans-abris, la lutte contre le handicap physique ou mental, ou encore le bien-être animal… La liste n’est pas exhaustive !

On estime que, chaque année, les charity shops lèvent entre 110 et 295 millions de livres sterling pour des bonnes œuvres.


Existe-t-il une équivalence en France ?


Nous sommes loin des 11 000 charity shops, qui jalonnent les rues du Royaume-Uni, mais il existe néanmoins des boutiques solidaires en France.

Elles ont pour objectif l’insertion professionnelle de personnes ayant des difficultés à trouver un travail ou la collecte de fonds pour des associations en revendant des vêtements à bas prix.

Le secours catholique a plus de 300 boutiques en France, Emmaüs a désormais une boutique en ligne pour tout acheter d’occasion et agit sur le plan local. 

Mais à Paris, il y a très peu d’antennes ouvertes au public, comparé à Londres.

Il faut dire que le système de taxes britannique est incitatif aux dons. Les charity shops bénéficient d’une exonération d'impôt sur leurs bénéfices et ne payent aucune TVA sur tous les objets issus de don. Le Gift Aid leur permet également de récupérer 25% de la valeur de chaque don.

Nous avons encore un peu de chemin à parcourir pour rendre sous cette forme, plus visible la solidarité de ce côté de la Manche…


Interview de Diane W-A




© 2019 by L'Art et les Manières.